Le mois dernier, ce blog a reçu 372 806 visites

66 commentaires


  1. Pierre Pifpoche

    Après la préparation du succès du 5 mai et le compte-rendu plaisant d’un match marseillais, voilà bien encore une bien bonne et belle nouvelle qui nous réjouit tellement.
    « … la contagion des adhésions à « Et maintenant le peuple » continue. Une dizaine de partis et groupes de toutes tailles ont fait leur demande de rencontres avec le comité organisateur des trois fondateurs. »
    Pour ma part, en tant qu’ancien militant du PCF aujourd’hui militant du PG et de LFI, j’ai bien du mal à comprendre la direction actuelle du PCF qui m’attriste un peu. Même Marie-Georges a dû renoncer à figurer au sein de sa direction, sans doute un peu dégoûtée. Chers camarades, mais réveillez-vous donc avant que la social-démocratie ne risque de vous engloutir !
    « …Mais c’est le prix pour organiser la résistance face à la percée de l’extrême droite et au verrou de l’ancienne gauche. »
    Si l’on veut bien faire preuve de lucidité, c’est le cas, oui !

    1. zarcone

      En quoi le programme « l’avenir en commun » est il autre chose que social-démocrate ?

  2. Pierre Pifpoche

    C’est quoi, le « hors jeu » et ses subtilités ?
    C’est par exemple quand tu t’appelles Hamon et que, après celle-ci et totalement en dehors du centre de la « vraie » bataille, tu convoques Mélenchon et Podemos à Lisbonne pour qu’ils s’expliquent devant toi sur l’Europe, ceci en dehors du vrai terrain actuel de jeu et alors que la vraie bataille est en train de se jouer ailleurs !… C’est cela le « hors jeu ». C’est plus clair ?

  3. Unpoindevue

    Personne ne pourra denigrer votre plume et encore moins votre eloquence. Une fois ce constat fait, je trouve dommage que la teneur de vos propos ou la pertinence de vos propositions ne soit pas a la hauteur de ces dernieres. Bien que Macroniste convaincu je reste persuadé que la France comme toute democratie a besoin d’une opposition que vous pourriez incarner si vous acceptiez de sortir des lieux communs et des evidences populaires. Dans votre plaidoyer, vous contestez, comparez, moquez… mais il vous manque de proposer.
    Vous avez le courage de vos opinions, ayez le courage de vos propositions.

    1. Sèrgi BLANCHARD

      Vous dites « mais il vous manque de proposer ». Avez-vous pris connaissance de « L’Avenir en commun », le programme du mouvement La France insoumise ? Il représente ce que vous nommez « le courage de nos propositions ». Il a été publié il y a bientôt 2 ans et il est facilement accessible à tous.
      Cordialement.

    2. JP77

      Non seulement un programme mais un chiffrage exposé durant 5h sur Internet, avec des journalistes de différents média pas sympathisants sauf une, peut-être. Quand la macronie a-t-fait cela ? Sauf à affirmer aujourd’hui que c’était dans le programme de Macron, tellement vague que quoiqu’il fasse, ses soutiens disent : « c’était dans son programme ».

  4. Vega

    Je retiens l’essentiel : « Le devoir du moment politique est de tout faire pour aider le mouvement social à atteindre ses objectifs… La bataille n’est pas le moment des compétitions entre organisations ni dans le champ politique l’heure des manœuvres électorales en vue des européennes ou des municipales. Ce n’est pas non plus le moment des gesticulations… Car c’est le fil conducteur du moment : qui, de Macron ou des salariés en résistance, sortira plus fort ou plus faible de la lutte en cours ? »
    Je ne comprends rien de Varoufakis et de Hamon et je m’en fous. Parole de pied noir.

  5. patrice 30

    Quelle honte que des journalistes à 38 000 ou 35 000 euros puissent pérorer à longueur de journée sur nos ondes ! Que comprennent ils des privations générées par la hausse de la CSG pour les retraités nantis de plus de 1200 euros ? La hausse du SP95 et du fuel qui s’est faite en même temps que celle du gaz oil et qui leur rajoute d’autres difficultés financières est loin de leurs petites préoccupations égoistes.
    Non à la politique de Macron qui tire les plus riches vers le haut et les plus pauvres vers le bas et oui à la FI pour la journée du 5.
    Bravo pour le passage sur Marseille et sur l’OM. Marseille ville chaude et qui vibre de passion pour le foot ou le rugby quant il est joué au Vélodrome, Neymard devrait venir à l’OM et à Marseille il a trop froid au PSG et à Paris et il jouerait mieux dans le 13 !

  6. Invisible

    Macron et Philippe prennent prétexte des black blocks pour diaboliser la manif pot au feu. Ces deux sinistres individus emploient la calomnie tout aussi bien que ne le feraient des LR ou FN ou des manif-pour-tous, salement. Je peux comprendre qu’un marteau (outil et non arme) cassant une vitrine soit une pâle réponse à une pelleteuse détruisant une habitation sur une zone dont les terrains n’ont pas encore de statut officiel. Toutefois, l’action des casseurs conforte le gouvernement qui va amplifier le fichage et les prélèvements ADN de toute personne qui se fait coincer dans un coup de filet policier. Il faut marteler que les manifestants « honnêtes » sont fouillés, contenus entre les gendarmes et qu’il est plus qu’étonnant que les sac à dos des casseurs, eux, échappent à ce sourcilleux contrôle. Les identitaires en uniformes tiennent la dragée haute, et ceux-là ne sont pas inquiétés. Aucune justice. Guerre contre LFI, gouvernement patronal inconscient de la cata…

  7. semons la concorde

    Quelle éloquence sur un sujet aussi inattendu que le foot ! Il est vrai que votre sujet est plutôt celui des gens que du foot. Les vents du sud semblent vous inspirer comme ils ont inspiré Daudet et Pagnol en leur temps. Bravo ! Marseille la populaire vous convient mieux que Paris qui prétend diriger le pays tout entier pour le conduire à sa perte.

  8. L. A.

    Je continuerai de soutenir la France insoumise et tous ses porte-voix, Mélenchon en tête, comme depuis bientôt dix ans. Mais je suis perplexe devant certains propos, certaines attitudes. Que ce soit Corbière, Ruffin ou maintenant Mélenchon, je trouve affligeante la récurrence de la soumission au nouvel opium du peuple qu’est le foot, en passe, si ce n’est déjà fait, de devenir religion intouchable sous peine d’excommunication. Or, là aussi nous sommes un certain nombre encore à être athées, merci de nous respecter.
    Ensuite, mais ça va avec, tout le passage sur la «fierté d’être Marseillais» contredit la clairvoyance de l’immense Brassens quand il fustigeait, à juste titre, «les imbéciles heureux qui sont nés quelque part» et qui finalement, «contre les étrangers, tous plus ou moins barbares», «sortent de leur trou pour mourir à la guerre».
    Cela dit, Je continuerai de soutenir la France insoumise, mais c’est dit.

    1. robert

      Comment de nos jours pouvons nous encore se prosterner devant un dieu même si se sont ceux des stades. J’étais pratiquant… du rugby, du foot maintenant du vélo mais jamais oh grand dieu je n’irais voir ces crétins égoïstes, fraudeurs, tricheur, se « footant » éperdument de la misère et de l’injustice qui règnent autour d’eux alors que certains d’entre eux gagnent des millions.

    2. La turbie

      « Tout ce que j’ai appris sur l’homme, c’est au football que je le dois ».
      Albert Camus, ancien gardien de but , prix Nobel de Littérature.

    3. L. A.

      La vie et le parcours de Camus sont en totale contradiction avec cette sentence, d’ailleurs hors sujet. Qu’il ait été footballeur, grand bien lui fasse, je n’ai rien contre les footballeurs, seulement contre la doxa footballistique qu’on impose à ceux qui s’en tapent. La preuve, dès qu’on le fait savoir, surgit un prédicateur citant des versets sacrés sur un ton sentencieux et réprobateur : on a encore le droit de ne pas aimer ça, mais on n’a déjà plus tout à fait celui de le dire et de s’en plaindre. Pour un Camus, un Cantona ou un Thuram sur le terrain, combien d’écervelés dans la population rendus abrutis et violents par cette aliénation de masse ?

  9. Deeplo

    Pier Paolo Pasolini écrivait : « Dans le football il y a des moments exclusivement poétiques : il s’agit des moments où survient l’action qui mène au but. Chaque but est toujours une invention, il est toujours une perturbation du code : il a toujours quelque chose d’inéluctable, de fulgurant, de stupéfiant, d’irréversible. C’est précisément ce qui se passe aussi avec la parole poétique. Le meilleur buteur d’un championnat est toujours le meilleur poète de l’année. » Et ne pas oublier Lens ou Saint-Étienne dont les publics ont poussé tant de joueurs !
    Sinon, merci de démasquer Hamon. Ses adeptes gobent tout comme dans une secte. Il faut aller sur leurs fils tweeter pour mesurer leur incompréhension du monde. Ils font un peu pitié mais la colère reste grande à les voir tenter à nouveau de saper la résistance à Macron. Sans résultat. Car la convergence des luttes progresse. Ce matin Paris VI/VII sont occupés. Normale sup hier. Des gens marchent dans le pays pour les réfugiés. On avance !

  10. barbant

    Oui bah les centrales syndicales qui boycottent la marche contre Macron, l’unité politio-syndcale, elle s’en battent les couettes. Venant des Berger et du tout nouveau Pavageau, ce n’est guère étonnant. Ces gens là ont tellement dans leur dictionnaire le mot négociation, qu’ils ont rayé le mot. De la part de Martinez ça commence a faire bien trop pour que ça bouge dans le même sens et en même temps dans ce pays. Heureusement je pense que les syndiqués de ce pays se foutent assez, aussi, des états d’âme et des trahisons de leurs dirigents syndicaux. Quant au bloc de gauche, je crains que les socialos traitres ne fasse tout pour le faire capoter avec leurs potes sociaux démocrates. Ces gens là passent leur temps a vouloir une unité de parti totalement obsolète. Le pire c’est que au parlement européen ils doivent avoir des trous de mémoires entre leur votes et leurs paroles de facades en France.

  11. La turbie

    Pagnol et Daudet , bonjour les clichés ! Avez vous lu Izzo ?

  12. Hamilton01

    Bien que me réjouissant de la nouvelle d’alliances entre la FI avec d’autres parties critiques de l’UE, je me permet d’un peu douter face à l’enthousiasme général. J’attendais beaucoup de ce billet afin qu’il réduise mes doutes quant au sujet de l’acceptation du plan B par ces nouveaux partenaires. Je ne cache pas être un peu mitigé sur la phrase choisit dans le manifeste : « l’heure est arrivée de rompre avec le carcan des traités ». On peut interpréter cela comme une injonction à éventuellement quitter les traités mais on peut aussi la lire comme un objectif global qui pourrait être atteint par une réforme interne à l’UE. Je trouve cette formule très frileuse et surement volontairement flou, soyons honnêtes. Generation-s pourrais tout à fait déclarer vouloir « rompre avec le carcan des traités ». J’espere vraiment que des précisions viendront dans les semaines qui viennent, et surtout que soit déclaré, sans retenu aucune, que le nouveau mouvement naissant sera prêt à quitter…

  13. educpop

    Le milieu militant est fait de jeunes déterminés mais désinvoltes, comme il est fait de personnes plus posées, expérimentées au cours d’une vie de lutte où ils ont vu que l’engagement des uns s’oppose toujours à la réaction des autres. Pour ces derniers les podiums accompagnent généralement le système des privilèges et d’un exercice autoritariste du pouvoir, malgré toute la beauté du sport.
    L’interprétation mensongère des évènements s’appuie sur l’émotion pour en gommer la rationalité, je suis inquiet de voir Jean-Luc Mélenchon croire que cette vigilance pourrait être dépassée par la pureté d’un moment fusionnel. Les Marseillais ne s’intéressent peut-être pas assez au plan B quand il y a un match de leur équipe, ni à la disparition des abeilles et des oiseaux. Le philosophe et le stratège ont le droit d’avoir leur moment d’enthousiasme, cependant ceci ne conditionne pas nos propres cris du cœur.

  14. Volodia

    L’ignoble mise en cause de Jean-Luc Mélenchon sur le thème de la violence est l’enième basse manoeuvre de ce pouvoir des élites, par les élites et pour les élites. C’est aussi le reflet de leur trouille. La marche du 5 mai s’annonçant comme une immense réussite, il fallait à tout prix l’attaquer avant, pendant et après. Ca a commencé et ça va s’amplifier. Macron n’a pas le peuple avec lui, mais bel et bien une armée de scribouillards à sa botte, tous spécialistes des fake-news en continu. Et alors ? Alors on s’en fout ! Laissons-les s’agiter dans leur bocal médiatique et soyons des dizaines de milliers samedi après-midi à Paris entre Opéra et Bastille !

  15. olivier

    Monsieur Mélenchon, Emmanuel Macron peut continuer encore longtemps sa politique guerrière économique de casse sociale si les différentes oppositions de gauche, qu’elles soient syndicales ou politiques, ne veulent pas s’unir, n’arrivent pas à s’entendre pour converger vers les mêmes lieux, les mêmes dates, les mêmes revendications, à dépasser leurs désaccords. Oui cette politique libérale, si elle n’est pas stoppée par l’extrême-droite, peut encore durer longtemps. Concernant les casseurs, bien sûr il est un peu vain et inefficace de briser un Macdo et deux trois voitures, cela n’effraie pas davantage le pouvoir en place, pourtant ces jeunes gens nous rappellent qu’il n’y a jamais eu de révolution sans révolte et sans violence de rue, la violence des casseurs répond probablement à celle du monde économique et institutionnel, il faut relire « Les raisins de la colère » de John Steinbeck. Ainsi, pour éviter cette escalade de violence, il faut donc un gauche unie !

    1. Deeplo

      La gauche est unie. Les communistes, les écologistes, les syndicalistes, les socialistes, les anarchistes, les républicains, se retrouvent dans le programme de la France insoumise. Même les catholiques ! Jamais un mouvement n’a présenté une telle diversité de militants, dans une telle autonomie, une telle liberté de conscience, une telle tolérance. Et notre force c’est de changer le rapport au politique en n’acceptant plus la tambouille électorale. Les 2% du PC ou de Hamon ne sont rien rapportés aux 50% d’abstentionnistes qui attendent un renouveau citoyen. Pour ma part, le jour où on se compromet avec des types comme Laurent ou Hamon je déserte. On discuterait avec des partis comme celui de Mamère, de Rugy, Pompili, Jadot et autres ?

    2. olivier

      @Deeplo
      Votre réponse confirme mes craintes. Si vous ne pouvez pas vous entendre avec Pierre Laurent ou Benoît Hamon, vous faîtes le jeu de Macron qui a tout intérêt à ce que la gauche reste ainsi divisée.

  16. olivier

    Quand au Parti Communiste de plus en plus affaibli, n’oubliez pas que c’est le grand parti de la Résistance pendant la deuxième guerre mondiale, n’oubliez pas que c’est le parti de l’éducation populaire qui a su former des milliers de militants, n’oubliez pas que le PCF était présent dans tous les gouvernements de progrès social : Front populaire, programme national de la Résistance, sécurité sociale, congés payés, diminution du temps de travail. Prenez en compte que l’Huma est encore aujourd’hui le seul journal quotidien national de gauche. Les Insoumis peuvent grandir, mais sans écraser ce vénérable parti.

    1. Ninon

      Mais les Insoumis n’oublient rien quant au PCF. Ni les heures grandioses et glorieuses du passé ni les magouilles et bassesses du présent. Je module en précisant que tous le membres du PCF ne sont pas dans cette catégorie. D’ailleurs certains nous ont rejoint ou nous soutiennent. La question n’est pas d’écraser. Elle est de se positionner correctement pour faire avancer les masses vers l’émancipation. Que le PCF prenne sa part du travail et nous serions ravis !

  17. al

    Désolé mais je ne goutte pas à votre long et pénible passage sur le foot. Actuellement il y a surement mieux à faire et à dire. Applaudir des mercenaires milliardaires c’est beaucoup pour faire un peu plus « marseillais ». Dur de vous voir vous compromettre ainsi.

    1. rage au coeur

      D’accord avec vous, c’est désolant et populiste dans le mauvais sens du terme. Le foot c’est « les jeux du cirque ».

    2. Jean Louis

      Vous ne comprenez rien à Marseille en disant cela. Il ne s’agit pas de jeux du cirque, le vélodrome c’est le lieu où toutes les « ethnies » et classes marseillaises se retrouvent, se mélangent, ou le peuple marseillais se cristallise. Ecoutez les jeunes immigrés de deuxième ou troisième génération, leur accent n’est pas l’accent « beur » de la région parisienne, ils parlent marseillais, là est la différence.

    3. Francis

      Je ne suis pas spécialement amateur de foot (plutôt hand que j’ai pratiqué à haute dose dans ma jeunesse) mais je comprend la liesse qui peut s’emparer des masses lors d’ un évènement sportif. Cela n’a rien à voir avec le fait que ceux qui sont sur le terrain soient des enfants gâtés. C’est la joie d’être ensemble pour célébrer la victoire. On peut penser ce que l’on veut de ce sport, il faut bien admettre que pour l’instant c’est le seul qui permet ce phénomène. Il n’y a aucune démagogie à dire que l’on aime se retrouver dans ces ambiances collectives et festives. Cela n’empêche pas d’aimer les ambiances feutrées de l’opéra ou du théâtre.

    4. rage au coeur

      @jean louis
      Marseille ou pas, s’il faut passer par des « valeurs » aussi pourries que celles portées par la planète foot pour qu’il ait mélange social et intégration c’est bien dommage ! Il y a mieux à faire et à dire non ?

  18. Thierry_M

    Jean-Luc
    Depuis la campagne de 2012, je me suis éduqué sous ta plume, du coup je suis armé pour débattre et argumenter avec n’importe quel interlocuteur.
    Sous mon pseudo, Libé, à l’insu de son plein gré, a diffusé à profusion tes notes de blog. Idem pour l’Obs. Depuis un mois, je twitte. Là on est dans une autre dimension. J’ai aimé ta référence à Pythéas.

  19. jaime

    Bonjour Jean-Luc, merci pour l’éclaircissement sur la violence notamment dans la revue de la semaine 61, surtout lorsque vous mentionnez la violence sociale avec les réformes et ordonnances Macron. Cela dit précisant les enjeux d’embrasement d’une guerre mondiale au Moyen Orient vous omettez de parler de celui en cours en Amérique Latine. [HS …]

  20. chris barbier

    Bonjour Monsieur Mélenchon,
    Sous-couvert de diminuer le nombre de députés, est-ce que M.Macron va casser l’indivisibilité de la République Française ? Il prépare les institutions françaises à l’Europe fédérale c’est à dire la fin de la démocratie.

Les commentaires sont fermés.

©2015/2018 Jean-Luc Mélenchon / V5 / Design INFO Service | Contact | Mentions légales